LES COULISSES DE LA CRÉATION D’UNE PLASTICIENNE

Zouille : artiste, plasticienne « L’art par soi-même »

Parfum en Scène a rencontré l’artiste Emmanuelle Tournois, plus connue sous le sobriquet de Zouille ou Zay dans son atelier parisien.

Zouille d’accord mais qui est-ce ?

Zouille, Zay, plusieurs noms pour une même artiste aux multiples talents, plasticienne mais aussi peintre et même graffeuse. Autodidacte, elle commence par la mosaïque, porte d’entrée vers la sculpture et la création artistique, et décore les piscines et bassins de personnages à l’allure mythologique, rappelant les bains romains. L’envie de créer la pousse ensuite vers la peinture, la création d’objet et le graffiti.. elle est une artiste aux multiples facettes, capable de créer une œuvre à partir de n’importe quel objet ou matériau.

mosaic

moz

 

Et où peut-on la rencontrer?

Dans son atelier tout simplement, près du métro Stalingrad au pied du bassin de la Villette, quartier populaire et bohème.

Avec une large palette de talents et des créations toujours très originales, quelles sont ses inspirations ?

Pour Zouille tout est inspiration : un mot, une phrase, un livre, un film… Les musiciens de jazz par exemple lui ont inspirée une série de peintures avec les chanteurs les plus connus. De manière très onirique la mer est aussi au centre de ses inspirations, les coquillages suggèrent les voyages et la douceur des bords de mers.

janis

Les objets du quotidien aussi l’inspirent, elle recrée ainsi tout un univers, avec des personnages, un thème, une époque à partir d’un vieux tube de gouache utilisé… Zouille aime donner vie aux objets usuels, on peut d’ailleurs retrouver dans ses créations des objets des plus divers : des capsules de bières aux coquillages en passant par des plumes, boutons ou vieilles boites de thés métalliques.

A force de détournement elle crée des objets très vivants et décalés, une très jolie façon de ré-enchanter le quotidien.

mer

Zouille s’inscrit-elle dans une tendance, un mouvement artistique ?

Zouille aime plutôt changer souvent de thème de travail. Pour elle, l’art est englobant et ne peut être cantonné à une seule activité, elle se permet de toucher un peu à tout et d’aller sur des terrains où on ne l’attend pas. Elle nous explique par exemple à quel point il a été difficile de travailler sur du street art et des graffitis en tant que femme, et qui plus est originaire d’un milieu aisé…

Qu’est ce que la vie « quotidienne » d’une artiste ?

D’après Zouille, c’est d’abord beaucoup de travail, et en tant que femme c’est difficile de percer dans le milieu des arts plus « classiques ».

Elle réfute complètement cette vision de l’artiste un peu tête en l’air, un peu foufou. L’artiste a beaucoup de choses à gérer au quotidien, doit démarcher des galeries, organiser ses collections, et elle s’étonne toujours de la manière dont un banquier ou une agence immobilière se met à lui parler comme un enfant des qu’elle mentionne sa profession.

Être artiste c’est parfois un peu solitaire au quotidien, la création pouvant être un processus très personnel, c’est pourquoi Zouille aime travailler avec d’autres artistes.

na

Quelle est l’importance de l’odorat pour une artiste comme Zouille ?

A cette question elle nous répond tout de suite qu’elle considère le parfum comme un « art majeur » c’est-à-dire qu’il est capable de toucher les gens avec un seul sens : l’odorat, différemment d’autres arts comme le cinéma qui a recours à la fois à l’ouïe et à la vue.

Ironiquement c’est aussi des mauvaises odeurs dont elle doit se protéger dans le processus de création ; les coquillages par exemple, doivent être lavés à la javel pour ne pas dégager d’effluves néfastes au fil du temps.

coki

Y a t-il dans son travail des correspondances entre les sens?

Une grande source d’inspiration de Zouille a toujours été la musique que ce soit la série des portraits de jazzman ou des graf de rappeurs, elle tente de recréer par ses œuvres des univers musicaux, comme par exemple dans une de ses œuvres des danseuses mises en scène autour d’un boite à musique sur laquelle tourne une ombrelle en cadence avec la douce musique qui s’en échappe

 

Certaines créations titillent aussi notre odorat : Zouille nous montre plusieurs œuvres où elle utilise l’univers de la boisson ou du tabac, où les odeurs fortes et acres sont donc suggérés donnant une caractéristique particulière aux personnages ainsi représentés. Le buste de Serge Gainsbourg est fait d’une minuscule bouteille encore pleine d’alcool par exemple. Des anciens flacons de parfums servent de tutu à l’une des danseuses comme un clin d’œil au nuage de parfums dont elle aurait pu s’asperger en coulisses…

 

Les couleurs chaudes et une époque plus ancienne nous font rêver de parfum poudré et chaud dans le tableau « Nature morte au lit polonais ». C’est toute la force des créations de Zouille, beaucoup de suggestions et l’utilisation d’objets éclectiques qui sont milles petites références à nos autres sens, au quotidien, au passé…

natu

 

En coulisse, dans l’atelier de l’artiste…

C’est un vrai plaisir de rencontrer l’artiste dans son atelier, la voir évoluer dans son habitat naturel, entourée de ses créations.

Chez Zouille l’atelier se décline en trois grands espaces :

L’espace « Exposition » au sous-sol, comme une petite galerie, pour recevoir et mettre en avant les grandes œuvres de peinture, sur fond de mur blanc. Les couleurs pétillent et des personnages captivants nous entourent.

Au rez-de-chaussée il y a l’espace « atelier », véritable rêve d’enfant, réveillant l’âme d’artiste qui sommeille en chacun de nous… Plein de boites remplies de secrets et de trésors, toutes ces petites choses éclectiques que Zouille accumule pour créer ces merveilleux petits montages: morceaux de verres, de ferrailles, fils à scoubidou ou encore horloges et vieilles montres de récupération. Il y a même une véritable boite à outil, rouge rutilant, qui contient perles, boutons, et autres petits objets si utiles. Quelques créations trônent au-dessus, danseuses ou musiciens, et semblent observer d’un œil bienveillant et encourageant la création qui se déroule à leurs pieds.

Enfin, le dernier espace au sous-sol est l’atelier de réalisation des graffs qui sont salissants.

Encore mille fois merci à Zouille de nous avoir fait entrer dans son univers créatifs !

Zouille portrait

ATELIER
78, rue de l’aqueduc
75 010 Paris.

Site de Zouille : http://wzouille.free.fr/

Autoportrait: